entetepage

Françoise MERY



du I septembre au 31 octobre 2016



EXPRESSIONS PLURIELLES

 

Expressions plurielles à juste titre puisque Françoise propose de nous faire découvrir ou redécouvrir au moins deux de ses multiples facettes. Bien connue dans notre région pour sa plume endiablée et chaleureuse, elle « s’ouvre » ici à nous sous deux approches, à priori, antagonistes.

Dans un premier temps, nous nous arrêterons sur nos murs où sont sagement alignées ses photographies. L’eau est un thème qui fascine notre artiste, et avec de modestes moyens, elle a su saisir des instants « troublants » où l’eau est omniprésente dans un reflet de flaque aussi bien que dans un lac vu d’un pont. Tout n’est que jeux de transparences et de reflets divers, l’ombre et la lumière se cherchent le tout dégageant une immense douceur.

Ensuite, choc visuel de taille, Françoise nous propose de s’arrêter sur ses trois mannequins habillés de sa créativité exubérante. Etant déjà à l’origine de quelques spectacles locaux, elle nous propose à nouveau des créations vestimentaires basée sur la réutilisation de matériaux usuels. On pourra ainsi voir des sacs filets de pommes de terre côtoyer des poche de bib de vins retravaillées, le tout dans une atmosphère de délicatesse et de féminité touchante.

separation

Catherine ESTORGES



du 15 au 30 août 2016



Catherine a choisi le pastel pour s’exprimer dans des couleurs dont la gaieté cache parfois un propos plus sombre. Ainsi dans l’espace d’exposition, seize tableaux, dont sept grands formats, sont exécutés au pastel comme à l’huile. Certains, comme « Iris » ou « Pommes » présentent une technique mixte de pastel et d’aquarelle.
Plusieurs thèmes sont abordés: les oiseaux, la traversée des Alpes, la mer méditerranée, les fruits ou bien encore les fleurs.

Tous les thèmes abordés font écho aux difficultés que rencontre l’être humain sur le parcours de sa vie. La migration, la vie, la mort…etc .
L’utilisation de ses quelques très grands formats, d’une saisissante présence, ne laisse personne indifférent. 

 

 

 

separation

Michelle FISCHER



du 1 au 15 août 2016



Michelle a peint des vues du centre bourg de MENS de façon originale en composant chaque tableau à partir de différents points de vue.
Même procédé dans les aquarelles et encre de chine du vieux Grenoble où les nombreux bâtiments d’un même quartier créent un effet patchwork et déstructurent l’espace harmonieusement. « J’aime travailler dans le réel et en même temps mettre de la poésie et donner matière à rêver » nous confie-t-elle.

Le tableau représentant des chaussures de couleurs et de formes diverses a intrigué bon nombre de visiteurs. « J’ai voulu montrer un chemin de vie à travers  des chaussures qui empruntent les chemins suivant les âges, de l’enfance à l’âge mûr, les différentes phases de la vie avec leur bonheur et leur malheur ». 

 

 

separation

Isabella CIMADOMO



du 16 au 30 juillet 2016



Une vingtaine de tableaux seront exposés, de différents formats, abordant des thèmes très variés et utilisant aussi bien l’huile que l’acrylique.  » Je n’ai pas de style particulier. Mon fil conducteur est l’envie de peindre. Cette envie est suscitée par des couleurs, une émotion, un sujet qui me passionne » nous dit-elle.

 

Un bel exemple de sa créativité sans frontière, son « Homme de papier »:
une oeuvre de très grande taille, très imposante aux couleurs parfois dérangeantes. Ses doigts d’artiste sont allés chercher des morceaux de journaux, des bouts de carton, de la ficelle de soie, le tout sur un fond d’acrylique, pour aboutir à cet homme travaillant la terre sans ménagement. La dureté de la tâche s’oppose à l’optimisme du rendu des couleurs. Un bel exemple de « marouflage sur toile » comme elle se plait à dire. D’autres surprises aussi singulières qu’attachantes sont à découvrir.

 

 

 

separation

Béatrice LHERITEAU



du 1 au 15 juillet 2016



Energie et bien-être, une exposition empreinte d’une symbolique humaniste.

 

« Ma démarche artistique n’est pas une recherche esthétique, car la véritable beauté n’est pour moi que le reflet du vivant ».

 

Des couleurs rayonnantes qui sont des créations pour les illustrations des jeux qu’elle crée, également disponibles sur place. Tout un univers irradiant de féminité et de réflexions sur soi-même, à pénétrer durant cette quinzaine.

 

Une succession d’images qui ne laissent jamais indifférent, soit l’on adhère systématiquement soit l’on est véritablement dérangé.  Au fil des tableaux on peut se laisser porter par ces voyages mystiques qu’affectionne tant l’artiste.

 

Laissons-nous faire!!!

separation

Anne-Marie WEISS



du 1 au 30 juin 2016



Pour Anne-Marie tout devient source d’inspiration. Un paysage de chez nous, une nature morte ou bien encore une émotion. Sa créativité en ébullition utilise alors tous les moyens à portée de main pour s’exprimer. Huile, pastel ou bien crayon se bousculent pour arriver à ses fins, utilisant couteaux, chiffons et parfois même avec ses doigts.  

Sauf peut-être dans sa série « Mirages », il ne faudra pas chercher un quelconque fil rouge, mais plutôt prendre quelque recul afin de se laisser porter de toile en toile. Ses paysages, ses portraits et ses natures mortes trouveront alors une cohérence simplement du fait de la sensibilité, voir sensualité, qui s’en dégage. 

 

 

 

separation

Madeleine HELLY



du 30 avril au 26 mai 2016



 

Les paysages du Trièves comme source d’inspiration: Madeleine est incapable de se lasser, même après plusieurs décennies de vie triévoise, de tous ces paysages qui cernent ses horizons. Curieuse et touche à tout, elle transpose son ressenti à l’aide de plusieurs méthodes. « L’utilisation de techniques telles que l’acrylique, l’encre et le collage, permet de mettre en valeur l’éclat et parfois la violence de certaines couleurs » nous dit-elle très simplement. On sera tout d’abord charmé par cette série de Mont Aiguille au cieux chargés, huit œuvres d’acrylique, d’encre et de collage toutes semblables mais tellement intimement différentes. Ensuite arrive sa série d’empreintes végétales, sobres mais très élégantes.  Sous différentes versions, elle a su habilement arranger la silhouette d’une  simple feuille végétale parcourue par un petit bout de ruban de couleur et le tout posé délicatement sur quelques petits morceaux de papier de soie d’une autre couleur. Le charme opère quelque soit le mur sur lequel le regard se pose….car il faudra bien tout ça pour s’imprégner d’un ensemble de plus de quarante œuvres.

 

separation