entetepage

Danièle ZANARDI



du 15 Juillet au 31 Juillet 2017



Notre aquarelliste bien connue a su trouver une fois de plus les moyens de nous surprendre. Certes, son style reste reconnaissable entre tous, mais là encore ses sujets d’inspiration ont reçu un nouveau souffle.

On retrouvera avec enchantement la douceur bleutée de ses neiges. Nos montagnes triévoises sont comme toujours majestueusement représentées, bien sûr sous la neige mais à toutes saisons. La campagne bucolique est également présente, riche de ses petits habitants qu’elle affectionne tant.                                                                                  

Ensuite, ses pinceaux se sont plutôt orientés vers le minéral. Nous retrouverons une ou deux précédentes tentatives, cette ruine de la Drôme ou bien encore ses cailloux posés sur un bassin. Mais, cette fois-ci, elle s’est laissée envahir par « ses cailloux » comme elle se plait à dire. Des éboulis, des falaises ou bien de simples cailloux « crèvent la toile » se laissant parfois accompagner par quelques végétaux qui illuminent le gris omniprésent de la pierre. Décidément, on ne s’en lasse jamais!!!

separation

BERNARD COTTE



du 01 JUIN au 14 JUILLET 2017



Bien connu dans les milieux artistiques locaux, Bernard se caractérise davantage par sa discrétion que par toute forme de représentation tapageuse.

C’est donc la première fois qu’il vient se poser quelques semaines sur nos murs. Beaucoup d’entre nous savent qu’il s’est fait connaître à ses débuts par une peinture plutôt figurative, et principalement axée sur notre Trièves. Depuis quelques années  Bernard s’est tourné vers le travail du bois: bois flottés, vieux bois restaurés, bois noueux, racines retravaillées, etc…  Tous ces bois, une fois passés entre ses mains, subissent une métamorphose spectaculaire. Cette matière noble devient alors soit lisse et douce comme une oeuvre de cristal, ou bien alors striée et linéaire comme un paysage viticole. Ensuite, il faudra se contenter de laisser glisser son regard sur l’ensemble des murs, où quelques toiles abstraites jouxtent des œuvres de bois joliment  ouvragées. Enfin, le regard pourra finir sa course sur les deux sculptures tirées de racines tourmentées,  et qui sont chacune fièrement posées sur leur sellette!!!

separation

Jean-Pierre LETRIEVES



du 15 avril au 30 mai 2017



Fort du succès de son premier livre « Passeur de Lumière », Jean-Pierre a décidé de nous faire partager sa passion pour l’amour qu’il porte à notre contrée triévoise.                                                                                                              

Rien ne lui échappe, de la brume matinale aux feux du soleil couchant, de la délicate mésange au puissant rapace, de la frêle gentiane au majestueux lis martagon etc… Sa patience est sans limite quand il s’agit d’immortaliser tous ses clichés. Il précise bien qu’il n’a fait aucun montage et qu’il s’est contenté de quelques retouches de couleurs surtout lorsque ces dernières adoptaient un penchant quelque peu trop flamboyant. Le rendu ne laisse personne indifférent, surtout lorsque le regard s’arrête sur ses grands format qui en imposent. Afin de satisfaire tout un chacun, outre les quatre formats proposés, on pourra trouver des cartes postales, des marques-pages ainsi qu’un large choix de photos non encadrées. Bien évidemment, son ouvrage « Passeur de Lumière » est également disponible, sachant que son vernissage se déroulera le Lundi 1er Mai de 11H00 à 13H00. Cette opportunité de rencontrer l’artiste pouvant également être l’occasion de faire dédicacer son ouvrage. 

 

 

separation

Erik LAVEZE



du 1 décembre 2016 au 31 mars 2017



Peintures et sculptures animent les lieux, sans retenues de formes, de courbes et de couleurs. Les trois oies, dressées sur leurs structures métalliques, semblent veiller sur les visiteurs curieux…

 

Erik, afin de nous imprégner de son atmosphère nous dit :

« Qu’oie dire de cette exposition à la cave de la halle, plaisir.
Plaisir de proposer des couleurs et des formes pour:
Gallinacées, Dames callipyges, Musiciennes, Magiciennes, Mon pote Don Quichotte, Des fleurs en hiver.
De pierre, de ferraille, silice, toiles.
Œuvres posées au sol, d’autres accrochées aux cimaises. Les oies seront en garde de votre regard. »

 

De fait, notre regard saisi mieux le cheminement souhaité par l’artiste. La femme, quasi omniprésente dans ses toiles, semble danser du haut de ces silhouettes filiformes et sensuelles. Les oies, quant à elles, posées à terre, les observent silencieusement.

 

 

separation

LA PETITE ECOLE DE TREMINIS



du 2 au 30 novembre 2017



Danièle Zanardi, aquarelliste connue et reconnue sur le Trièves, a proposé à ses élèves de venir exposer trois de leurs œuvres sans thématique aucune, mais juste pour montrer…

Le résultat fut remarquable et les quatorze artistes présents ont pu voir et faire voir une partie de leurs créations. Le but recherché étant, entre autre, de concrétiser des semaines de travail afin de les faire partager avec « le prof » et les proches de tous ces artistes ! Chacun ayant reçu son petit bout de mur vertical, cet ensemble de trilogies d’aquarelles toutes différentes mais harmonieuses ont charmé les visiteurs. Nombre d’entre eux furent même surpris d’apprendre que certains élèves pratiquaient depuis peu tellement le rendu était saisissant. Outre les divers paysages proposés, aussi bien du Trièves que partout ailleurs, les visiteurs ont pu découvrir de merveilleux carnets de voyage qui furent en son temps le thème d’un cours. Danièle de rajouter « Lors des stages, je fais travailler à partir d’un thème en donnant des conseils personnalisés. Dans les cours, chacun peut choisir son sujet et j’accompagne chacun en fonction de sa demande. Je fais en sorte que chaque personne ose exprimer sa créativité. »

Cette exposition « multi-artistes » est une première, et l’enthousiasme unanime constaté laisse entrevoir de futures expositions du même genre…à vos cartables!!!

separation

Françoise MERY



du I septembre au 31 octobre 2016



EXPRESSIONS PLURIELLES

 

Expressions plurielles à juste titre puisque Françoise propose de nous faire découvrir ou redécouvrir au moins deux de ses multiples facettes. Bien connue dans notre région pour sa plume endiablée et chaleureuse, elle « s’ouvre » ici à nous sous deux approches, à priori, antagonistes.

Dans un premier temps, nous nous arrêterons sur nos murs où sont sagement alignées ses photographies. L’eau est un thème qui fascine notre artiste, et avec de modestes moyens, elle a su saisir des instants « troublants » où l’eau est omniprésente dans un reflet de flaque aussi bien que dans un lac vu d’un pont. Tout n’est que jeux de transparences et de reflets divers, l’ombre et la lumière se cherchent le tout dégageant une immense douceur.

Ensuite, choc visuel de taille, Françoise nous propose de s’arrêter sur ses trois mannequins habillés de sa créativité exubérante. Etant déjà à l’origine de quelques spectacles locaux, elle nous propose à nouveau des créations vestimentaires basée sur la réutilisation de matériaux usuels. On pourra ainsi voir des sacs filets de pommes de terre côtoyer des poche de bib de vins retravaillées, le tout dans une atmosphère de délicatesse et de féminité touchante.

separation

Catherine ESTORGES



du 15 au 30 août 2016



Catherine a choisi le pastel pour s’exprimer dans des couleurs dont la gaieté cache parfois un propos plus sombre. Ainsi dans l’espace d’exposition, seize tableaux, dont sept grands formats, sont exécutés au pastel comme à l’huile. Certains, comme « Iris » ou « Pommes » présentent une technique mixte de pastel et d’aquarelle.
Plusieurs thèmes sont abordés: les oiseaux, la traversée des Alpes, la mer méditerranée, les fruits ou bien encore les fleurs.

Tous les thèmes abordés font écho aux difficultés que rencontre l’être humain sur le parcours de sa vie. La migration, la vie, la mort…etc .
L’utilisation de ses quelques très grands formats, d’une saisissante présence, ne laisse personne indifférent. 

 

 

 

separation

Michelle FISCHER



du 1 au 15 août 2016



Michelle a peint des vues du centre bourg de MENS de façon originale en composant chaque tableau à partir de différents points de vue.
Même procédé dans les aquarelles et encre de chine du vieux Grenoble où les nombreux bâtiments d’un même quartier créent un effet patchwork et déstructurent l’espace harmonieusement. « J’aime travailler dans le réel et en même temps mettre de la poésie et donner matière à rêver » nous confie-t-elle.

Le tableau représentant des chaussures de couleurs et de formes diverses a intrigué bon nombre de visiteurs. « J’ai voulu montrer un chemin de vie à travers  des chaussures qui empruntent les chemins suivant les âges, de l’enfance à l’âge mûr, les différentes phases de la vie avec leur bonheur et leur malheur ». 

 

 

separation

Isabella CIMADOMO



du 16 au 30 juillet 2016



Une vingtaine de tableaux seront exposés, de différents formats, abordant des thèmes très variés et utilisant aussi bien l’huile que l’acrylique.  » Je n’ai pas de style particulier. Mon fil conducteur est l’envie de peindre. Cette envie est suscitée par des couleurs, une émotion, un sujet qui me passionne » nous dit-elle.

 

Un bel exemple de sa créativité sans frontière, son « Homme de papier »:
une oeuvre de très grande taille, très imposante aux couleurs parfois dérangeantes. Ses doigts d’artiste sont allés chercher des morceaux de journaux, des bouts de carton, de la ficelle de soie, le tout sur un fond d’acrylique, pour aboutir à cet homme travaillant la terre sans ménagement. La dureté de la tâche s’oppose à l’optimisme du rendu des couleurs. Un bel exemple de « marouflage sur toile » comme elle se plait à dire. D’autres surprises aussi singulières qu’attachantes sont à découvrir.

 

 

 

separation

Béatrice LHERITEAU



du 1 au 15 juillet 2016



Energie et bien-être, une exposition empreinte d’une symbolique humaniste.

 

« Ma démarche artistique n’est pas une recherche esthétique, car la véritable beauté n’est pour moi que le reflet du vivant ».

 

Des couleurs rayonnantes qui sont des créations pour les illustrations des jeux qu’elle crée, également disponibles sur place. Tout un univers irradiant de féminité et de réflexions sur soi-même, à pénétrer durant cette quinzaine.

 

Une succession d’images qui ne laissent jamais indifférent, soit l’on adhère systématiquement soit l’on est véritablement dérangé.  Au fil des tableaux on peut se laisser porter par ces voyages mystiques qu’affectionne tant l’artiste.

 

Laissons-nous faire!!!

separation

Anne-Marie WEISS



du 1 au 30 juin 2016



Pour Anne-Marie tout devient source d’inspiration. Un paysage de chez nous, une nature morte ou bien encore une émotion. Sa créativité en ébullition utilise alors tous les moyens à portée de main pour s’exprimer. Huile, pastel ou bien crayon se bousculent pour arriver à ses fins, utilisant couteaux, chiffons et parfois même avec ses doigts.  

Sauf peut-être dans sa série « Mirages », il ne faudra pas chercher un quelconque fil rouge, mais plutôt prendre quelque recul afin de se laisser porter de toile en toile. Ses paysages, ses portraits et ses natures mortes trouveront alors une cohérence simplement du fait de la sensibilité, voir sensualité, qui s’en dégage. 

 

 

 

separation

Madeleine HELLY



du 30 avril au 26 mai 2016



 

Les paysages du Trièves comme source d’inspiration: Madeleine est incapable de se lasser, même après plusieurs décennies de vie triévoise, de tous ces paysages qui cernent ses horizons. Curieuse et touche à tout, elle transpose son ressenti à l’aide de plusieurs méthodes. « L’utilisation de techniques telles que l’acrylique, l’encre et le collage, permet de mettre en valeur l’éclat et parfois la violence de certaines couleurs » nous dit-elle très simplement. On sera tout d’abord charmé par cette série de Mont Aiguille au cieux chargés, huit œuvres d’acrylique, d’encre et de collage toutes semblables mais tellement intimement différentes. Ensuite arrive sa série d’empreintes végétales, sobres mais très élégantes.  Sous différentes versions, elle a su habilement arranger la silhouette d’une  simple feuille végétale parcourue par un petit bout de ruban de couleur et le tout posé délicatement sur quelques petits morceaux de papier de soie d’une autre couleur. Le charme opère quelque soit le mur sur lequel le regard se pose….car il faudra bien tout ça pour s’imprégner d’un ensemble de plus de quarante œuvres.

 

separation